Avant

30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 12:07

Les jours sont blancs. Je lis peu. Je bois des litres de thé, vert, ou noir aux épices. J'utilise l'écriture comme un moyen, sans objectif de fin. Je tente d'échapper à la culture du résultat à tout prix : ne pas oublier que l'importance réside aussi dans le plaisir de faire. Mes mains s'activent. Je réalise qu'au sein de mon atelier poterie je suis dans un espace de liberté - en tenant bien sûr compte des contraintes des matériaux. En déposant ici ces quelques phrases, je comprends pourquoi depuis quelques jours je me sens si forte.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Papillon 18/12/2010 19:48



Il y a quelque chose ici de très serein.....



verveine 01/12/2010 20:51



Tu es dans le juste: ne pas oublier le plaisir de faire...


On devrait se réciter cette phrase tous les jours en se levant.


Bonne fin de semaine!



Madame Irma 30/11/2010 23:26



Tout ceci m'a l'air de faire sens au contraire.



vitale 30/11/2010 19:28



bonsoir


également ds mon atelier céramique et poterie je ressens la même liberté d'être, de faire sans objectif, une ouverture