Avant

29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 20:30

Est-ce ces murs blancs tout autour de moi, à la ville ? Est-ce ces trois jours, perdue dans le vert et les couleurs des fleurs des champs ? Est-ce la vaisselle tunisienne de la petite boutique à deux pas de chez moi ? La discussion orientée robe à paillettes ce midi ?

En rejoignant mon groupe d'activité en stratégies corporelles, je rêvais que je marchais pieds nus. Mes pieds se déroulent sur la terre battue, s'imprègnent de la rosée de l'herbe, s'enfoncent dans le sable, craignent les cailloux pointus, supportent le goudron. Je porte un sari coloré de rose, de d'argent, ma peau est dorée et mon front est orné du Bindi. Je porte une multitude de bracelets scintillants et multicolores. J'ai le regard droit. J'oublie le trottoir gris, je sens le curcuma et le curry, mes yeux ignorent la suite de voitures noires et rutilantes que je croise, j'entends des oiseaux, et le son de l'eau.

 

Je rentre. Je prends un encas en regardant s'allumer les lumières aux fenêtres, en imaginant les étoiles au lieu de tous les scintillements électriques. Le ciel est entre chien et loup. Les moustiques dansent aux abords du balcon.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Fanny 04/06/2012 19:32


Tu laisses ton blog un peu aller ? Bizarre, ce n'est pas ton style... J'attends un nouvel article avec impatience ! Cela va faire bientôt une semaine qu'il est inactif... des problèmes ? Tu sais
que tu peux tout me dire ;).


Ceci dit ; cet article me touche beaucoup, je suis émue, et je le trouve réussi. Même si ce n'est qu'un "bal des moustiques", moi aussi je les ai remarqués, ces moustiques bien dissimulés, qui
dansent, dansent et dansent devant la barrière du balcon, qui fait office de frontière entre une grande et belle terrasse de vie, et la vide de la mort.