Avant

7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 15:55

C'était la nuit. Tout autour de nous le vide le plein, le noir nu. Et le train qui, je le reconnais à l'absence du cliquetis des rails, est sur le viaduc. En roue libre. Nous sommes toutes les trois dans le wagon. Je la regarde écouter de la musique les yeux clos. Je l'aperçois lisant "Dom Juan". Nous savons que nous sommes sur la Terre mais autour de nous c'est le vide qui nous enrobe. L'espace d'un instant, j'imagine que notre train est celui qui rejoint Estrellas, depuis Campagne.

[En référence à "Terrienne", de J.C. Mourlevat]

Partager cet article

Repost 0

commentaires

claicile 08/01/2012 21:58


eh! tu as vu ça a marché cette fois !!!super!!!!

claicile 08/01/2012 21:56


comme j'aime tes textes ...


bel hommage au roman de JC Mourlevat

eb 09/01/2012 20:55



merci.


quel plaisir de te relire ici :-)