Avant

7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 19:04
Partie avant l'aube ce matin pour Paris, sans bagage si ce n'est mon sac à dos contenant mon portable. A l'aller consacrer les deux heures à travailler, le temps - enfin - de lire des documents rédigés par des collègues, dont je voulais prendre connaissance, pour en discuter ensuite.

Journée dense et ce soir au retour, quelques minutes avant que le TGV ne soit à quai. Exceptionnellement j'achète "Les heures souterraines", la quatrième de couverture me séduit immédiatement.

Ou bien elle rencontrerait un homme, dans le wagon ou au Café de la Gare, un homme qui lui dirait madame vous ne pouvez pas continuer comme ça, donnez-moi la main, prenez mon bras, posez votre sac, ne restez pas debout, c'est fini, vous n'irez plus, ce n'est plus possible, vous allez vous battre, je serai à vos côtés. Un homme ou une femme, après tout, peu importe. Quelqu'un qui comprendrait qu'elle ne peut plus y aller, que chaque jour qui passe elle entame sa substance, elle entame l'essentiel.

A mots couverts je comprenais où elle ne pouvait plus aller. Parce qu'à travers ce bref passage, je me suis vue, il y a longtemps ou moins longtemps, quand plus rien ne me portait et que je puisais dans mes ressources pour continuer.
Sans que la situation originelle soit la même le ressenti partagé me troublait.
Un roman lu pendant les deux heures du trajet retour. Une écriture comme un souffle, comme une urgence, un coup de coeur.

Partager cet article

Repost 0
Published by eb - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Cataflo 30/09/2009 18:43


Lu et beaucoup aimé. Un livre pas comme les autres pour moi en dépit d'un manque de style malheureusement assez fréquent en litté contemporaine française (cette remarque simplement parce que le
récit aurait gagné en intensité s'il avait été porté par un véritable style).
Merci de m'avoir donné envie de lire ce livre car je n'aurais même pas lu la 4ème de couv sinon.


Telle 09/09/2009 23:34

Merci, je garde le titre en mémoire !J'espère que tu continues à aller mieux, de mieux en mieux.Bises

verveinecitron 08/09/2009 21:13

moi aussi je me vois... à certains moments.Je note (et pour le moment je me régale de L'infini de soi: qu'est-ce que ce livre est riche; on pourrait le lire 100 fois!)

Cataflo 08/09/2009 19:18

Je n'ai encore pas lu Delphine de Vigan et cet opus ne me tentait pas plus que les autres mais ta façon de le présenter fait naître une urgence : je dois le lire... Merci pour ce partage (même si je croule sous les livres et même si je ne vais plus trop avoir le temps de lire ;)

eb 08/09/2009 19:44


ah ah... vraiment heureuse de l'engouement que cela fait naître chez vous toutes !


Nataska 08/09/2009 11:40

Depuis 15 jours déjà, je tourne en rond autour de ce livre... J'ai lu quelques articles le décrivant, j'en ai feuilleté quelques pages... mais je l'ai reposé, malgré l'envie de m'y plonger. Pourquoi ? simplement parce que je vis justement ce que cette auteure décrit et je ne sais pas si j'aurais la force de le lire sans sombrer un peu plus encore... Dégage t'il de l'optimisme ou est-il aussi noir que la situation abordée pourrait laisser supposer ?

eb 08/09/2009 19:43


oh, comme je compatis... ce livre est noir, vraiment. Mais peut-être cela te donnera-t-il justement l'énergie nécessaire pour inverser la tendance, ne plus te laisser faire... parce que bien
que noir, il y a des éclaircies... Ne reste pas ainsi, Nataska, réagis...