Avant

31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 19:32
A plusieurs reprises j'ai eu à faire des choix dans ma vie professionnelle. C'est étrange comme souvent cela m'a été difficile. A deux reprises un week-end pénible s'annonçait, choisir entre deux propositions. Je devinais le week-end douloureux. Pour choisir j'aime avoir devant moi tous les éléments me permettant de me décider de manière certaine. Cela est rarement le cas. Nous devons choisir en ayant connaissance de certaines informations, mais nous sommes loin de les avoir toutes à notre portée.

La dernière fois, la décision a finalement été prise par ma hiérarchie. Sur le coup cela m'a soulagée : ne pas avoir à choisir, à peser le pour et le contre trop longtemps, ne pas échaffauder d'hypothèses... Ouf, finalement le week-end serait reposant. Ce fut d'ailleurs, à l'automne 2008, l'un des derniers moments professionnels "reposants"...

Mes dernières décisions (démissionner, choisir un emploi en "pis-aller") furent prises sans douleur. Et puis le week-end dernier j'ai décidé de refuser cet emploi de pis-aller, qui présentait  plus d'inconvénients que d'avantages (son seul avantage : être sur Lyon, plus exactement dans la banlieue lyonnaise), que j'étais à même de percevoir.

Mercredi j'ai eu une autre offre. Une offre de mon futur ex-employeur. Une offre intéressante d'un point de vue professionnel. Une offre qui m'ouvre des perspectives professionnelles, même si je sais qu'un jour prochain je changerai de direction. Cette fois, pour suivre la mienne...
J'ai passé trois jours à tergiverser, me torturer, entre cette proposition, et l'autre choix, celui me tendait les bras en refusant le "pis-aller" : avoir du temps pour aller vers moi, pour prendre soin de moi, des miens. Mal dormir. En parler autour de moi pour entendre. Lire et relire. Lire et comprendre que la bonne décision ce sera celle que je prendrai, m'en convaincre.


En attendant de mieux connaître ma direction, celle que je porte au fond de moi, qui germe doucement, j'ai choisi de nourrir mon besoin de sécurité - bien qu'elle soit illusoire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

zelle 06/02/2009 22:48

Le doute me ronge souvent. J'ai appris à suivre la première impression. Celle de mon coeur. Mais beaucoup d'encre a coulé sur le papier pour poser le pour et le contre. Je compatie. Tu vas certainement trouver au fond de toi. Bon courage.

la dame oiselle 02/02/2009 15:01

Le doute, c'est très dur à supporter. Je pense à toi.

lenaetcie 02/02/2009 12:57

Merci de ta visite, si ça t'aide un peu on dit que lorsqu'on a le choix,que l'on hésite entre 2 choses on a tendance à prendre le plus facile le moins risqué et c'est le contraire qu'il faudrait faire choisir ce qui nous plait que l'on sait plus compliqué, plus à risque...Je sais c'est facile à dire!

cecilou71 01/02/2009 22:47

Bon courage et bonne chance dans tes choix. Je pense bien à toi. Bises.

catherine 01/02/2009 12:35

Oula ça se chamboule dans la chaumière on dirait!Il y a qq phrases sur les décisions à prendre dans "Femmes qui courent...".. et comme le dit Corinne à partir du moment où il y un choix à faire, qu'on ne peut pas tout avoir il y a perte, et donc renoncement lorsqu'elle la décision est prise par soi... Je t'embrasse!